Du local dans les assiettes de l'agglomération de Clermont-Ferrand

Peut-être que personne ne s’en souvient, mais le 13 octobre 2014, la loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt introduisait la notion de Projet Alimentaire Territorial.


Les PAT, ce sont des projets qui visent à redimensionner notre logique de consommation alimentaire à l’échelle régionale et départementale, en soutenant les agriculteurs, les circuits courts et les produits durables sur nos territoires. En gros, accélérer la transition vers une alimentation de plus en plus locale et respectueuse de l‘environnement.


C’est pour faciliter l’émergence de ce type d’initiatives que le Programme National pour l’Alimentation et de la Nutrition, soutenu par le ministère de l’Alimentation et celui des Solidarités, lance depuis 2014 un appel à projet. En 2017, la collectivité du Grand Clermont et le Parc Naturel Livradois-Forez sont les grand lauréats du programme.


Leur objectif : “améliorer le taux d’auto-approvisionnement du territoire et offrir aux habitants les conditions d’une alimentation saine, de qualité et accessible à tous, issue de circuits de proximité et contribuant au développement d’une agriculture rémunératrice pour l’agriculteur et respectueuse de l’environnement".


Une première phase d’état des lieux de la situation, lancée en 2017, vient de se terminer.


Elle a notamment réuni tous les acteurs de la chaîne alimentaire, des agriculteurs et éleveurs au consommateur, en passant par les transformateurs, les distributeurs et les restaurateurs. Ce dialogue, essentiel pour la construction de projets réunissant de nombreux acteurs, a permis d’identifier les moyens de chacun, les besoins alimentaires identifiés ainsi que les contraintes socio-économiques et environnementales propres au territoire.


Aujourd’hui, le PAT du Grand Clermont et du PNR Livradois-Forez se structure autour de nombreux objectifs opérationnels, stratégiques et chiffrés. Certaines actions sont déjà en cours de réalisation, d’autres sont prêtes à démarrer, certaines restent encore à initier. A titre d’exemple, la nouvelle organisation des cantines des collèges de Billom va permettre de passer de 120g à 30g de déchets pour chaque repas consommé. La mise en place d’espaces de maraîchers va quant à elle permettre à des porteurs de projets de mesurer sur trois ans leur aptitude agricole.


Si tous les PAT sont différents et adaptés aux particularités de chaque territoire, tous partagent néanmoins un même objectif - celui de reterritorialiser l’alimentation dans une perspective solidaire et environnementale - et une même méthode, celle de partir du terrain et de concerter l’ensemble des parties prenantes.


L’efficacité de cette démarche s’explique notamment par la marge de manœuvre importante laissée aux autorités locales pour s’adapter, en fonction des leviers et freins spécifiques. Calquer le même modèle sur l’ensemble des territoires n’aurait ainsi pas de sens.


Cette démarche représente une solution concrète et territorialisée à plusieurs défis, alimentaires, environnementaux et économiques.


Elle permet d’abord aux agriculteurs et aux filières de s’inscrire dans une logique plus locale, assurant une visibilité renforcée sur les volumes nécessaires et leur rémunération, qui dépendrait moins des cours des matières alimentaires.


Elle s'inscrit aussi dans une logique de production alimentaire raisonnée et respectueuse des sols et des animaux. L’établissement de normes de qualité fait partie intégrante de ces PAT, aussi bien que le transport de marchandises, qui ne traverseront pas les continents.


Elle assure enfin un modèle économique durable, où le volume n’est pas le garant de la rémunération d’une filière. C’est aussi en produisant moins et en vendant mieux que les acteurs économiques pourront se désengager de la logique concurrentielle internationale, à condition que la consommation territorialisée soit un critère obligatoire.


Ce n’est qu’avec le soutien au niveau national et européen de politiques locales indépendantes et coordonnées que cette transition pourra se faire pleinement.